>
Santé & sécurité
>
>
Comment prévenir le risque de bruit occasionné par des impacts répétés, sur un chantier ?

Comment prévenir le risque de bruit occasionné par des impacts répétés, sur un chantier ?

Frappe sur les écrous d’étais, à l’aide d’un marteau : deuxième cause de bruit sur un chantier

Un bruit bien connu des chantiers que celui du marteau heurtant brutalement les écrous d’étais pour les serrer ou desserrer, lors du montage ou démontage d’une tour d’étaiement ou d’un échafaudage. Une nuisance sonore non sans danger pour la santé auditive du compagnon auteur de l’impact comme de son entourage, d’autant plus si celui-ci est répété.

A la suite d’une exposition à un bruit intense de ce genre, le compagnon peut souffrir temporairement de sifflements d’oreilles ou de bourdonnements que l’on appelle acouphènes, ainsi que d'une baisse de l'acuité auditive.

Si aucune nouvelle exposition au bruit ne survient, cette fatigue auditive disparaîtra avec le temps. En revanche, si l’exposition à des niveaux de bruits intenses est répétée, le risque pour la santé devient majeur. En effet, l’oreille interne peut être irrémédiablement endommagée, entraînant une surdité irréversible.

Il faut également avoir conscience que le bruit favorise le risque d’accident au travail, pour différentes raisons :

  • il masque des signaux sonores d’alerte,
  • il perturbe la communication verbale,

  • il détourne l’attention.

Comment lever les risques liés au bruit sur un chantier ?

Le chef d’entreprise a l’obligation d’effectuer des mesures acoustiques afin d’identifier un éventuel dépassement des valeurs seuils réglementaires. Et, le cas échéant, il doit mettre en place les mesures adéquates dans le but de préserver la bonne santé auditive des compagnons.

Il existe deux méthodes de mesure de l’exposition au bruit :

  • la  sonométrie : relevés réalisés auprès du compagnon pendant les phases de travail significatives
  • l’exposimétrie : mesure en continu du niveau sonore pendant la journée de travail, à l’aide d’un exposimètre porté par le compagnon

Selon les résultats obtenus, des protections collectives et/ou individuelles peuvent être mises en œuvre. Autre piste : les outils qui, de par leur usage quotidien, constituent un levier non négligeable d’amélioration des conditions de travail.


La clé à étais nanovib® Leborgne supprime totalement le bruit d’impact

Le bruit le moins nuisible à la santé auditive est celui qui n’est pas produit. Partant de ce principe, Leborgne a développé une clé à étais, en collaboration avec des responsables sécurité de grandes entreprises du bâtiment. Objectif : faciliter le travail de serrage et de desserrage des écrous par le biais d’un outil innovant, se substituant à l’usage du marteau.

Le geste n’étant plus le même, la nuisance sonore liée à l’impact du marteau sur les écrous, est donc purement et simplement supprimée.

Autres avantages de la clé à étais nanovib®

L’utilisation de la clé à étais nanobib® Leborgne à la place du marteau permet également de réduire les risques de TMS de l’avant-bras résultant des vibrations provoquées par la frappe du marteau sur l’écrou de l’étai.

L’extrémité recourbée de la poignée de l’outil empêche l’utilisateur de rallonger le manche à l’aide d’un raccord pour augmenter le bras de levier (la rupture du rajout peut déséquilibrer l’opérateur et provoquer sa chute).

Côté confort d’utilisation, la poignée de la clé à étais nanovib® est gainée de caoutchouc pour une parfaite prise en main.

La clé à étais nanobib® permet enfin de réaliser des économies sur le matériel puisque les étais ne sont plus abîmés par les frappes successives du marteau.


Où trouver la clé à étais nanovib® ?

Découvrir

l’innovation utile selon Leborgne