fr / en / es
>
Conseils jardin
>
Choisir ses outils

Bien choisir ses outils de jardin

Deux raisons motivent l’achat d’un outil de jardin : la première est de se constituer une panoplie en fonction des travaux à effectuer dans son potager ou pour l’entretien de sa pelouse, et la seconde est d’acheter contraint forcé une deuxième fois le même outil, certes plus cher mais de meilleure qualité, parce que le premier n’a pas tenu le coup.

Afin d’éviter ce gaspillage de temps et d’argent, il est nécessaire de bien définir votre besoin et de ne pas hésiter à investir dès le début dans un outil de qualité, certes plus cher à l’achat mais toujours disponible et pour longtemps.

Définir votre besoin en outils de jardin

Pour définir les outils de votre panoplie, le mieux est de regarder ce qu’utilise votre voisinage ou les professionnels de votre entourage. Travaillant le même type de terre que vous et sous le même climat, ils sauront vous conseiller en fonction de ce que vous attendez : les outils de jardin sont différents pour l’entretien d’un petit jardin d’agrément ou pour celui d’un parc de plusieurs hectares ; pour planter quelques herbes aromatiques en pot ou pour réussir un potager capable de nourrir une famille entière à l’année...

Apprendre des autres pour acquérir le bon geste jardinier

Le bon choix de l’outil de jardin comme le bon geste nécessitent un apprentissage que l’on peut acquérir auprès d’un professionnel, d’un vendeur de magasin ou d’une personne expérimentée. Pensez toujours à demander les conseils de sécurité pour l’utilisation comme pour le stockage et l’entretien des outils choisis.

Le manche : l'autre élément important de l'outil de jardin

Pour les outils de retournement du sol, les manches sont disponibles en 2 versions, béquille ou pomme, le manche est généralement choisi en fonction des habitudes d'utilisation locales. Si les manches pomme sont les plus courants en France, certaines régions préféreront les manches béquille.

Ces 2 manches ont cependant leurs qualités propres : 

  • le manche pomme, plus long, permet de faire un levier plus efficace,
  • le manche béquille assure à l'utilisateur un meilleur contrôle de la charge grâce à sa poignée en « T ». 

Outre la forme, le matériau dans lequel est réalisé le manche est également très important puisqu'il est directement lié à la résistance de l'outil. Combien de jardiniers ont en effet été frustrés de devoir interrompre leur activité suite à la casse de leur manche en bois généralement provoquée par un effort important, comme par exemple lors du délogement d'une grosse pierre enterrée dans le jardin. 

Pour éviter ce type de désagrément, nombre d'entre eux ont ainsi opté pour notre manche NOVAGRIP ou NOVAMAX équipé d’un noyau en fibres de verre (version pomme ou béquille) qui leur assure une résistance importante notamment lors des efforts en flexion.

Pensez à votre dos quand vous jardinez !

Trois heures d’affilées passées à travailler dans le potager ou à entretenir sa haie et sa pelouse, ça passe très vite, surtout quand on aime faire cela. Si le ou les outils utilisés ne sont pas dotés d’une bonne ergonomie, le mal de dos n’est jamais très loin.

Nos conseils pour éviter le mal de dos quand on jardine :

  • utilisez un outil adapté à votre morphologie (poids, taille et surtout longueur du manche),
  • privilégiez les marques d’outils qui proposent des manches longs (1m pour les pioches / 1,10 m pour les serfouettes /1,30 m pour les binettes et les pelles / 1,50 m voir 1,80 m pour les râteaux et les grattoirs) et n’hésitez pas à changer de manche si la longueur d’origine ne vous convient pas,
  • n’utilisez pas d’outils dont le manche présente des empreintes de doigts moulées ou gravées car ils  ne conviennent qu’à un type de main et demandent un effort de pression supplémentaire pour les autres,
  • privilégiez les manches dont la surface est pourvue d’un grip suffisant pour diminuer les efforts de pression, comme lors d’un travail sous la pluie, par exemple.
  • Portez des gants parfaitement adaptés à la taille de votre main et dotés d’un bon grip comparable à une prise à mains nues.
  • évitez de former un angle entre la main et le poignet mais essayez de garder une position naturelle et neutre,
  • sachez doser votre effort et adoptez une posture conforme avec dos plat et jambes fléchies (effort de traction sur une pioche par exemple),
  • l’utilisation d’outils particuliers, comme la Rotogrif’ ou la Biogrif’, permet d’éviter d’avoir à retourner la terre et soulage ainsi le dos, tout en préservant la composition microbienne naturelle de votre terre.