>
>
Du besoin au chantier, comment nait un outil Leborgne ?
Actualités
société - 12.03.2018

Du besoin au chantier, comment nait un outil Leborgne ?

Du besoin au chantier, comment nait un outil Leborgne ?

A chaque étape de la conception d’un outil Leborgne, le lien avec le terrain est permanent. Ce fil rouge se crée dès la détection du besoin des compagnons, se poursuit durant l’élaboration du prototype et aboutit à l’industrialisation d’une innovation qui change le quotidien sur les chantiers. La parfaite illustration est la naissance du décoffreur Nanovib. Une belle histoire telle qu’on les conçoit chez Leborgne.

C’est la fonction qui donne la forme, et non le marketing ou les effets de mode. Cette exigence est naturelle pour Leborgne qui, depuis ses origines en 1829, s’est forgé une réputation de fabricant d’outils de qualité, symbole de la sécurité au service des utilisateurs. Chaque processus de développement d’un nouvel outil, répond à une problématique de pénibilité, de dangerosité, d’efficacité ou de contrainte détectée sur les chantiers. « Nous sommes en relation avec un panel important de compagnons, d’artisans, d’entreprises, que ce soit en direct ou par le biais de nos partenaires institutionnels comme la CAPEB (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment), éclaire Yves Ginet, responsable de la prescription chez Leborgne. Ce sont ces contacts permanents qui nous permettent d’avoir une excellente connaissance des besoins du terrain et de proposer des innovations qui améliorent le quotidien des ouvriers. »

Yves Ginet, responsable de la prescription au sein de Leborgne
 

Le concept du décoffreur Nanovib est venu d’un compagnon

C’est ainsi qu’à l’origine de chaque outil, il y a un véritable travail de fond mené par le service recherche et développement. « L’équipe se déplace sur les chantiers pour observer les compagnons, leurs tâches, leurs postures, la façon dont ils utilisent les outils et comment ces derniers s’usent », détaille Frédéric Descombes, le responsable R&D. « On peut voir aussi comment certains adaptent leurs instruments à leur condition de travail. Ils nous expliquent pourquoi ils ont coupé un manche ou tordu un bout de ferraille. Tout cela donne une mine d’informations et des pistes de développement ! »

Le décoffreur Nanovib parfaite illustration du processus de développement d'un outil Leborgne
 

C’est exactement l’histoire du décoffreur Nanovib. L'idée est venue d'un compagnon ingénieux et passionné qui décoffrait des dalles. Cette opération nécessite normalement une PIR (Plateforme Individuelle Roulante) pour accéder aux poutres métalliques creuses qui supportent le contre-plaqué sur lequel on vient couler la dalle, un marteau pour desserrer les écrous des étais qui maintiennent les primaires et les secondaires, un pied de biche pour décoller la plaque et un porte-plaque pour la faire descendre. Lui n'avait pas de plateforme à proximité et s'était confectionné un outil avec un tube d'échafaudage, plié et écrasé en bout, pour travailler au sol. Plus besoin de monter sur la PIR et l’opération est plus rapide. « On a tout de suite identifié qu’il pouvait y avoir un vrai concept qui réduisait les efforts quotidiens et augmentait la sécurité, reprend Frédéric Descombes. Comme pour chaque projet en R&D, nous avons donc entamé la phase de réalisation d’un prototype. Au départ nous avons utilisé le manche du grattoir télescopique. On a ajouté une tête munie d’une fonction marteau et d’un côté panne réalisé avec une broche cintrée. C’est à ce moment-là que le lien avec le terrain devient primordial car nous avons multiplié les navettes entre notre labo et les chantiers de nos partenaires de chez Vinci qui nous ont fait des remarques à chaque fois pertinentes. Nous appelons cette démarche le Design centré utilisateur et cela nous permet d’être sûr que le produit développé répond aux besoins de l’utilisateur. »

Frédéric Descombes, responsable R&D Leborgne
 

Entre 15 mois et 3 ans pour concevoir un outil innovant

Ce process a fini par aboutir sur la version finale du décoffreur longue portée Nanovib : une tête avec un côté surface de frappe pour desserrer les écrous d’étais, un côté panne affinée pour décoller les plaques de coffrage, une douille pare faux-coups en acier et un manche en aluminium haute résistance. « Cet outil est un OVNI mais il a été plébiscité par nos testeurs car il n’y a rien d’équivalent sur le marché, se félicite Frédéric Descombes. Et on s’est dit qu’il y avait suffisamment de compagnons qui utilisaient ce type d’outils pour qu’il puisse être industrialisé. » « C’est effectivement un outil mono-tâche et mono-métier, mais ses débouchés sont importants et l’étude de rentabilité a été positive », ajoute Yves Ginet.

Pour le décoffreur, Leborgne a reçu le trophée de l’Innovation Vinci Rhône-Alpes et l’Etoile de l’Observeur du design 2017 de l’APCI
 

Cette validation commerciale basée sur une estimation de volume et de prix est évidemment un axe central du processus de naissance d’un nouvel outil Leborgne. Mais il repose surtout sur l’objectif de protéger la santé et la sécurité des professionnels du bâtiment, tout en leur permettant d’être plus efficace. Burineur manuel, coupe-boulons, râteau à dents droites, racloir de bordures… la liste des innovations est longue et leur mise au point par la R&D peut durer entre 15 mois et 3 ans. Il aura fallu, par exemple, 20 mois de conception à l’équipe de Frédéric Descombes pour finaliser le décoffreur. Mais le succès est au rendez-vous puisque Leborgne a reçu le trophée de l’Innovation Vinci Rhône-Alpes, ainsi que l’Etoile de l’Observeur du design 2017 de l’APCI (Agence pour la Promotion de la Création Industrielle). Des prix qui confortent l’image de la société, peut témoigner Yves Ginet. « Sur les salons, notamment, on se rend bien compte que ce travail est reconnu par les utilisateurs, les artisans, les compagnons qui voient en Leborgne une société novatrice. La première chose qu’ils nous disent toujours, c’est qu’ils ont acheté le dernier outil qui vient de sortir ! » De précieux encouragements qui récompensent cette ténacité à relier le besoin au chantier…

Vous avez aimé ? alors partagez !